Voyage en Terre du Milieu

Récit d’un périple, de Paris à Auckland.


Coucou les dindons farcis !

Bon je suis actuellement un peu dans le pâté de Pâques, étant donné que je débarque à peine de mes 30h d’avion… Mais comme j’ai peur de l’effet “décalage horaire, les 12h dans ta face”, je me crève exprès en te faisant donc un peu compte rendu de mon voyage.

Alors déjà je tiens ici à préciser un Post-Scriptum relativement important qui n’a pas été mentionné plus tôt…

Prends une culotte propre dans ton sac !!! Et des lingettes ! Et du déo’ !!!

Parce que bien avant la fin des 30h de vols, tu te sentiras sale, et à mon avis tu seras pas la seule à le sentir d’ailleurs ! Donc ne fais pas mon erreur et surtout, prends tout ça !!

Maintenant que cela a été dit, passons au voyage. Comme je l’ai signalé précédemment, ça a été mon premier vol. Oui. Comme ça BIM, 30h ! Oui bah au décollage, avec l’émotion des “au revoir” à mes parents, la fatigue que je me traîne depuis des semaines avec les préparations et l’angine qui va bien pour couronner le tout, bah v’là la tronche de la guerrière ! Et même chose à l’atterrissage… Le Nours a dû perdre 10cm de tours de cuisse en 6h…

Ceci dit, le premier voyage s’est fait de Paris à Abu Dhabi, dans les Emirats Arabes.

Ici, donc, si comme moi t’es un peu nul(le) en géographie…

Ici, donc, si comme moi t’es un peu nul(le) en géographie…

Il faut savoir que lorsque je dis que j’ai fait 30h de vol, c’est relatif, parce qu’il faut justement prendre en compte le décalage horaire dont je te parlais plus haut ! En gros on a eu 6h de vol entre Paris et Abu Dhabi, 14 entre cette dernière et Sydney et seulement 2h30 pour aller jusqu’à Auckland ! Ce qui fait que durant tout le trajet ne on savait pas vraiment quelle heure il était, ce qui peu vite te rendre chèvre, ainsi que ton envie de sommeil qui tombe un peu sans prévenir et ton ventre qui ne sait plus trop s’il veut qu’on le remplisse ou pas…

Recit-d-un-periple-de-Paris-a-Auckland-nouvelle-zelande-02

Donc, Abu Dhabi… Les hôtesses sont classes, mais l’aéroport se trouve bien sûr dans une zone à l’écart de tout… Sauf que… Sauf que là-bas, ce n’est pas compliqué d’être à l’écart de tout, puisque c’est le désert.

Le truc en forme d'aileron, c’est la tour de contrôle

Le truc en forme d’aileron, c’est la tour de contrôle

Et le désert, comme j’ai sorti à l’Ours dans un élan lyrique, ben c’est grand. Et même grand sa mère. Ce qui donnait lieu à des endroits assez cocasses, du genre des routes qui te font un peu penser au chemin du purgatoire qui n’en finit pas, ou encore une qui fait juste une boucle, parce que c’est LOL !

Mais on a eu droit à un très beau paysage lorsqu’on est passé au-dessus d’une chaîne montagneuse (dont je n’arrive pas à trouver le nom mais ne me juge pas, je t’ai quand même montré où était Abu Dhabi !)… On aurait dit du papier mâché !

D’ailleurs c’est drôle comme on a l’impression d’un monde miniature quand on est là-haut ! Ou d’être dans l’attraction Peter Pan de Disneyland aussi… Oui parce que autant au premier vol mes organes se sont tous regroupés au même endroit, par peur, autant en partance pour le deuxième vol, j’étais le nez continuellement collé au hublot (à m’obliger à penser qu’on était dans un train quand ça bougeait beaucoup trop, et pas à plusieurs milliers de kilomètres au-dessus des gens…).

L’impression de miniature, je l’ai surtout trouvé en Australie, quand on passait au-dessus de tous ces quartiers bien rangés, ces petites autos pas plus grandes qu’une fourmi… C’est impressionnant et trop mignon à la fois !

Recit-d-un-periple-de-Paris-a-Auckland-nouvelle-zelande-08

Recit-d-un-periple-de-Paris-a-Auckland-nouvelle-zelande-09

Mais avant de te sentir grand, tu te sens tout petit aussi, parce qu’avant d’apercevoir Sydney (et oui, c’est bien avec un y)(enfin 2), c’était bien couvert au-dessus de l’Australie (Ju’, si tu passes par ici, j’ai pensé très fort à toi !), et on avait l’impression d’un bain de mousse, de barbe à papa, de coton…

Recit-d-un-periple-de-Paris-a-Auckland-nouvelle-zelande-10

Et là tu te dis que si les Dieux de l’Olympe vivaient là-dedans, y’avait de quoi s’amuser !

Recit-d-un-periple-de-Paris-a-Auckland-nouvelle-zelande-11

J’ai oublié de préciser mes compagnies aériennes.
De Paris à Sydney, on a pris Etihad : des hôtesses sympas, des repas plutôt cool, une télé chacun avec des jeux, quelques épisodes de séries et des films, dont certains très très récents (notamment Gone Girl ou Heros 6)… Malheureusement si certains sont disponibles en français ils sont toujours sous-titrés en arabe. Ce qui fait que j’ai dû me taper le doublage assez insupportable de Boyhood… M’enfin à part ça et quelques problèmes techniques avec les écrans, pas de quoi fouetter mémé. Tu as même une poutite pochette avec un coussin, un plaid, des bas de contention (au cas où tu fouettes mémé justement), un casque pour l’écran et le fantastique masque de nuit dont je t’ai parlé ici.

Recit-d-un-periple-de-Paris-a-Auckland-nouvelle-zelande-12

Admire ! Il est tellement trop bien que je l’ai kidnappé ! De l’autre côté il y a marqué “Do not disturbed” et je voulais faire la photo contraste avec l’Ours, mais il était déjà bougon…

Heureusement y’avait de quoi le débougonner, aussi...

Heureusement y’avait de quoi le débougonner, aussi…

Et à ma grande joie, la dernière compagnie était Air New-Zealand.. Alors pourquoi à ma grande joie me diras-tu? Parce qu’elle a bien comprit que la saga de Peter Jackson était rentable pour le pays et en a fait un atout commercial, mais avec classe et beaucoup d’humour ! Du coup, au lieu des habituelles vidéos de “‘Tention, si tu meurs, la sortie c’est par là et on pousse les enfants d’abord”, on a eu droit à ça :

Bon mais euh, je t’avoue que l’avion que j’ai pris était moins classe que dans la vidéo puisque de courte durée (par rapport aux 14h de la veille, je veux ouais !) et il y avait juste un casque mis à dispo’… Mais les hôtes nous ont filé des bonbons à la fin, elles sont gentilles !

Oui j’ai pas parlé de l’aéroport de Sydney, y’a pas grand-chose à en dire, à part qu’autour c’est moche…

Et donc voilà, après quelques heures de sieste, nous voilà arrivés à destination, où l’aéroport est juste à côté de l’eau, dans le genre “Bonjour on a la classe et on le dit direct”, les vigiles sont gentils au point de bien vouloir te prendre en photo…

Floue...

Floue…

Et au final, bien que je n’avais pas nettoyé mes pompes à fond par peur de rester à la douane, si c’est pas du matériel de rando ou du saucisson, ils t’embêtent pas. Et le chien des douanes, c’est un labrador tout patachon et tu peux garder tes Ricolas, la joie quoi, le bonheur !

Mais le vrai bonheur, c’est quand tu arrives enfin dehors, qu’il fait beau, chaud juste ce qu’il faut et que tu embarques dans un car qui t’emmène sur les hauteurs d’Auckland, en fonction de ta volonté… Et moi j’ai bien flippé comme il faut, parce qu’ils se mettent à droite pour conduire à gauche, et qu’ils doublent à droite et prennent les ronds points à gauche. Le bordel, la peur.

Recit-d-un-periple-de-Paris-a-Auckland-nouvelle-zelande-15

J’ai pas fait de photos sur la route mais j’en ai fait après notre arrivée, quand on est allés boire un coup… Je te montrerai tout ça dans le prochain article sur Auckland!

A l’heure où j’écris ces lignes chez toi il est midi et demi, ici il est minuit et demi et j’ai pas mal d’heures de sommeil à rattraper, et le Nours ronfle déjà…

Je te dis donc à plus tard pour d’autres articles qui vont bientôt suivre ! Juste pour la précision, les photos sont de moi, avec un vrai reflex, un vrai objectif qui fait des flous que je maîtrise pas trop encore et je m’embête à faire des retouches avec le pad (ma tablette adorée est restée à la maison)… Donc pas d’instagram ici 😉

En attendant, tu veux aussi partir ? Tu es déjà venu(e) en Nouvelle-Zélande ? Ta première expérience de l’avion c’était comment ?

N’oublie pas ma page facebook aussi !

Des pandas roux et des bonnets blancs !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *