Nolife

Noël et ses feuilletons…


Sans emploi pour une petite période, la télé me happe assez facilement… Et tout le monde sait que l’après-midi, la télé, c’est pas super folichon… Heureusement, on entre dans la période de Noël, là où tous les voeux, même les plus ouf, se réalisent !

perno

Non j’déconne ! Mais c’est l’occasion de tomber malade, d’être en vacances ou au chomdu’ et de glander devant “Un jour, une histoire… DE NOËL MOTHAFUCKER!!!”.

Alors je te vois venir de loin, “Pas que ça à foutre de matter des merdes pareilles, surtout qu’à la même heure y’a “Les Feux de l’Amour” saison 59 sur TF1 ! Mais si, je vais te dire pourquoi c’est rigolo !

Tu peux inventer des tas de jeux, seul(e) ou avec tes potes, à partir de ces feuilletons ! Tu peux même les voir en replay pour en faire des jeux à boire !

noel

Le but ? Dès le premier quart d’heure du film, devine ce qu’il va se passer pour la suite !

Généralement c’est assez simple, les scénaristes ne se font jamais trop chier parce qu’ils savent que leur film va passer à une heure où on allume la télé juste pour servir de fond sonore, donc un peu de lumières jolies, de la neige et un fond musical à base de cloche et le tour est joué ! Ils doivent tous avoir dans leur bureau un arbre des choix basiques avec juste quelques petits trucs à changer, ou un manuel du parfait feuilleton basique…

Je pense qu’il se présente comme ceci :

Introduction : La base.

Il faut un lieu, un temps et une intrigue qui fonctionne les ¾ du temps ainsi : le début qui présente les éléments précédemment cités, les perso’ et leur situation; suit le rebondissement qui chamboule tout le petit bazar et la conclusion qui peut être positive ou négative. Mais cherche pas, dans le guide du feuilleton de Noël, ça finit toujours bien !

bien

Chapitre 1 : Le lieu.

On part généralement d’une grande ville (bien souvent c’est New York), à partir de là on a deux choix : Soit on y reste, soit on y part pour se paumer en campagne. Mais pas la campagne genre ville quand même hein, nan nan la campagne avec que des grouillots, histoire de bien faire le contraste entre le personnage principal et ceux qu’il va rencontrer !

Chapitre 2 : Le temps.

Nan bah ça c’est un peu évident, soit ça se passe la semaine de Noël, soit on vise un peu plus large, disons début décembre. Dans tous les cas le feuilleton finira le 25 ou le 26 décembre, ou grand max le 1er janvier.

temps

Chapitre 3 : Les perso’.

Alors là attention, l’arbre des choix va s’étoffer un poil, donc faut suivre…

On l’a vu plus haut, on a deux cas de figure : On reste dans la ville ou on part se paumer en rase campagne.

Dans le 1er cas : Le personnage principal a généralement entre 30 et 40 ans, une bonne situation professionnelle qui empiète d’ailleurs un peu trop sur sa situation familiale. Dans le meilleur des cas l’antagoniste en a une mais c’est pas la grosse entente, dans le pire des cas c’est un(e) célibataire endurcie qui fait passer son job avant tout.

Inception de cas : Dans le 1er cas du 1er cas, ça s’arrange avec la famille par la suite, dans le 2e cas, soit le perso’ principal rencontre son âme soeur durant le feuilleton et dans ce cas soit c’est direct’ le grand amour alors qu’ils se sont rencontrés dans une boulangerie, soit ils doivent effectuer une tâche ensemble (liée à Noël c’est mieux) mais ils peuvent pas se piffer jusqu’au milieu du film…

Je n'ai pas l'intention d'être grossière, mais putain qu'est-ce que tu veux ?

Je n’ai pas l’intention d’être grossière, mais putain qu’est-ce que tu veux ?

Je n’ai pas l’intention d’être grossière, mais putain qu’est-ce que tu veux ?
Dans l’idée où le personnage principal s’exile à Tintouin-les-bains, généralement c’est un gros connard. AU DEBUUUUUT BIEN SÛR ! La magie de Noël, marcher dans la gadoue, tout ça…

Chapitre 4 : Le récit.

Dans tous les cas de figure que j’ai présentés plus haut, ça va marcher comme ça : Le perso’ va s’adapter peu à peu à la situation qui lui est donné et qui sort de son quotidien : Travailler avec quelqu’un qu’il déteste et qu’il apprend à connaître, changer de comportement vis-à-vis des autres, arrêter d’être un connard égoïste…

Tout va aller de mieux en mieux et là BOUM élément perturbateur ! J’ai oublié de préciser que dans TOUS, absolument TOUS les cas de figure, y aura une amourette… Enfin non ça sera le grand amour bien sûr, mais dans tous les cas y’en aura, on peut pas y couper !

amour

Donc disais-je, soit le supérieur hiérarchique ou un collègue du perso’ principal le contacte pour lui proposer le truc de ses rêves qu’il n’aurait pas refusé d’habitude mais c’est balo, c’est là que ça tombe, soit le plan d’origine du perso’ était vraiment michant et s’est percé à jour (alors que bien sûr le plan à changer en cours de route), soit y a une dispute et même parfois juste un quiproquo…

Après tout ça, grosse réflexion pour le perso’ principal, grosse remise en question, même si on se doute déjà que de toute façon, ça va finir à la messe ou à côté du sapin, dans la joie, les rires et le pardon. Même si quelqu’un dans le barda a un cancer en stade super avancé, il sera guéri parce que c’est la magie de l’amour et de Noyel !

joie
blase

Voilà! Tu as la recette magique pour envoyer ton scénar’ à M6!

Et maintenant comme dirait Yu gi oh…

A TOI D’JOUER!!!

A TOI D’JOUER!!!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *