Nolife

La vie rêvée de Walter Mitty


Bonsoir boule de gomme !

Je t’ai laissé avec une critique relativement acerbe concernant le dernier volet du Hobbit… Mais rassure-toi, point de violence en cette critique aujourd’hui, et pour cause, puisqu’on va parler d’un film sorti il y a quelque temps déjà, La vie rêvée de Walter Mitty (ou The secret life of Walter Mitty).

Alors c’est assez inhabituel ici de critiquer les films qui ne viennent pas de sortir, mais l’idée m’avait déjà trotté dans la tête… Comme tu l’as peut-être vu dans d’autres articles mon départ pour la Nouvelle-Zélande approche incessamment sous peu, et je suis dans la phase pré-premier-gros-voyage, c’est-à-dire que mes journées se résument à Stress/joie/tristesse/impatience…

nervous

Pas facile à gérer tout ça… Pour me changer les idées je voulais aller voir ce film sorti la semaine dernière, Wild. Mais va savoir pourquoi, il n’est pas disponible dans mon cinéma… J’ai donc décidé de revoir un film qui avait déjà fait ses preuves sur moi quand je l’ai vu en salle, tu l’auras deviné, c’est Walter Mitty !

Walter Mitty (j’abrège le titre), c’est un film qui fait du bien. L’histoire, si tu la connais pas, c’est Ben Stiller qui endosse le rôle d’un homme qui rêve sa vie alors qu’il est enfermé dans son train-train quotidien.. Son livre de comptes, la femme qui l’intéresse et à qui il n’ose pas parler, son taff au magazine Life… Et c’est de là que tout part, car le magazine connaît une mutation et pour le dernier numéro, l’un des photographes du mag’ a envoyé une photo (argentique) à Walter.. Mais elle est introuvable… Il va donc partir à sa recherche et ne plus rêver sa vie, mais la vivre.


Et ce film, il te donne envie de faire pareil. Il est d’une douceur folle, c’est une vague de barbe à papa qui t’envahit quand tu visionnes ce film (en HD, sinon tu te pourris le film). Les cadres sont éblouissants, entre les plans intimistes et les panoramas du Groenland, de l’Islande et du Pakistan… C’est juste, c’est vrai, c’est sans fioritures ! Les effets spéciaux sont supers-discrets et utilisés sans excès, les jeux d’acteurs sont ON-NE-PEUT-PLUS-JUSTES (et pourtant je ne suis pas forcément cliente de l’humour de Ben Stiller) et on passe de la pitié/compassion pour ce pauvre Walter Mitty à de l’ébahissement, du WOAW, du respect…

J’imagine bien que tous les avis ne vont pas en mon sens et je comprendrais qu’on fasse des remarques sur le côté improbable de certaines situations, ou encore son côté cucu… Et pourtant je pense que tu auras comprit, à force, que le cucu et moi, on n’est pas copains. Mais là, ça passe tout seul ! C’est beau quoi ! Pour une fois, tu as envie de te laisser couler avec le film, et tu sens la même liberté que Walter, descendant une route en skate vers un volcan… Tu sens sa libération, son changement et bien sûr, c’est un poil exagéré mais on s’en tamponne !!

Claque

Voilà, c’est rare de me voir aussi emballé par un film, mais il le vaut largement ! Alors si tu as loupé cette merveille au cinéma, dépêches-toi de te le procurer et réconcilies-toi avec tes chakras !

viens

Du miel et des BN !

Scénario
Mise en scène
Jeu des acteurs
Décors / costumes
Bande son
Vote final

Note finale 5

Un commentaire sur La vie rêvée de Walter Mitty

  1. Après la première demi-heure j’ai vraiment pensé que j’avais à faire à un un navet. Puis, petit à petit, le film change de rythme et prend une autre tournure, et effectivement une étrange douceur nous envahie, teinté de barbe à papa et autres sucrerie 😉
    Finalement, j’ai beaucoup aimé aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *