Cultive-moi

Carl Warner, des paysages à consommer sans modération


Foodscapes

Si ton ventre gargouille et que tu n’es pas prêt de manger de sitôt alors évites de lire cet article maintenant ou tu risques de baver involontairement devant ton écran.

Artiste-photographe anglais basé à Londres, Carl Warner trouve son inspiration dans les marchés locaux.
C’est en tombant sur des champignons ressemblants étrangement à des arbres qu’il rêva d’un autre monde (…et la Terre est bien ronde, et la lune est si blonde, ce soir, dansent les ombres du monde!!!). Bref, il les emporta dans son studio avec du riz et des haricots et se mit, non pas à les manger, mais à composer une scène : « The mushroom Savanna » qui devint son premier « Foodscapes » (un peu d’anglais ne faisant pas de mal : « landscape » signifie « paysage » et « food » « nourriture », tu peux maintenant en déduire ce que signifie cet ensemble de mots).

Une fois lancé Carl Warner ne s’arrêtera pas de suite et peaufinera son art pour les paysages culinaires en créant toute une série de photographies mettant en scène, SANS TRUCAGES (hé si c’est possible), différents aliments scrupuleusement choisis pour leur fraîcheur, leurs formes et leurs couleurs. La création de ces paysages se travaille dans la rapidité mais peut parfois prendre jusqu’à deux ou trois jours avant d’être photographiés. Mais attention, aucun aliment n’a souffert de moisissure (de vieillesse, ou autres) lors de ces créations artistiques car point de gaspillage ici, aucune nourriture n’a été jetée (ça c’est bien de le souligner!).

Ce travail des plus poétiques me fait retomber en enfance, mélangeant Alice aux Pays des Merveilles et la maison en bonbons de la sorcière d’Hansel et Gretel.
Un voyage fascinant, réaliste et étonnant qui me met l’eau à la bouche. Remplis de détails, mes yeux ne savent que regarder, ne suivant aucune logique je passe à la mer d’endive, remonte le long des arbres en brocolis, croque goulûment des yeux les pains montagneux pour finir sur la montgolfière de gousse d’ail…
De quoi se régaler sans prendre un gramme !

C’est en 2008 que le Sunday Times décide de projeter le photographe sur le devant de la scène en présentant son travail ce qui lui valut d’être publié par un éditeur américain, ce qui lui vaut aujourd’hui une renommée mondiale.
Tu peux retrouver ses livres sur son site en cliquant ici et pour les petits curieux voici les Making of !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *